Additif alimentaire controversé : le dioxyde de titane

Le dioxyde de titane fait parler de lui depuis plusieurs mois, il s’agit d’un additif que l’on retrouve également sous l’appellation E171. Couramment utiliser pour blanchir les aliments, on le retrouve notamment dans certains bonbons. Mais est-il une menace pour notre santé ? D’une façon générale, qu’est-ce qu’un additif alimentaire ? Faut-il s’en méfier ? Comment s’y retrouver ?

Qu’est-ce qu’un additif ?

Les additifs alimentaires sont des substances chimiques ajoutées aux aliments par les industrielles afin d’en améliorer la conservation, la couleur, le goût, la texture ou l’aspect. Ils ne sont pas présents naturellement dans les aliments et doivent être notifié dans la liste des ingrédients. L’étiquetage du produit doit également préciser la fonction de l’additif (ex. conservateur, exhausteur de goût…). Dans l’Union Européenne, tous les additifs sont répertoriés par un code commençant par la lettre « E ».

Comment autorise t’on l’utilisation d’un nouvel additif ?

Il existe une liste d’additif dont l’utilisation est autorisée. Si un industriel Européen souhaite ajouter une nouvelle substance ne figurant pas sur cette liste alors celle-ci doit faire l’objet d’un avis de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA); d’un avis du Comité permanent des végétaux, des animaux, des denrées alimentaires et des aliments pour animaux  de la Commission européenne et consultation du Conseil et du Parlement européen ; d’une publication d’un règlement d’autorisation au Journal officiel de l’Union européenne précisant les modalités d’emploi (doses et denrées dans lesquelles il peut être employé).

En définitif plus de 300 additifs sont autorisés dans l’Union Européenne ! Le bio a une liste d’additifs autorisés beaucoup plus restreintes. Alors avons-nous réellement besoin de tous ces additifs ? Et est-ce vraiment bon pour notre santé de consommer tout cela ?

Pourquoi faut-il limiter les additifs dans notre assiette ?

Comme souvent dans le monde scientifique, il existe des controverses. Certaines études montrent un effet potentiellement dangereux pour la santé et d’autres non. 

Ce qui est certain, c’est qu’il est très difficile de mesurer l’effet cocktail. En effet, sur une journée, plusieurs sortes d’additifs peuvent être consommés par une personne. Sachant qu’il existe plus de 300 additifs autorisés, cela crée beaucoup de combinaisons possibles. Il est donc compliqué d’avoir des données spécifiques sur certains mélanges…

Nous noterons tout de même que les travaux d’Anthony Fardet mettent en avant qu’une alimentation ultra-transformées (donc riche en additifs) a plutôt des effets délétères sur la santé humaine. Alors par principe de précaution, il vaut mieux limiter les additifs et pour cela favoriser les aliments bruts c’est-à-dire ceux ayant subi le moins de traitement possible. 

Comment s’y retrouver ?

Le mieux est de se référer à la liste d’ingrédient et favoriser les produits contenant des ingrédients simples que l’on peut retrouver dans les placards de sa propre cuisine. C’est le moyen le plus rapide et le plus efficace. Pour aller plus loin, vous pouvez également consulter la base de données des additifs répertoriant l’état des connaissances et les risques potentiels pour chacun d’eux sur le lien suivant :

https://www.quechoisir.org/comparatif-additifs-alimentaires-n56877/e171-dioxyde-de-titane-p223217/#tab-description

Il est également possible de s’y retrouver en utilisant une application sur mobile pour scanner les produits. Chaque appli se base sur des bases de données plus ou moins solide. Au moins, ça donne une première indication…

L’exemple du dioxyde de Titane

Cet additif employé pour blanchir les aliments a la particularité de se présenter sous forme nanométrique, c’est-à-dire d’avoir une très petite taille et de pouvoir pénétrer les cellules de nos intestins. Selon une étude menée par l’INRA publié en janvier 2017, il provoquerait des lésions précancéreuses chez le rat. Une incertitude sur l’innocuité de cet additif persiste, alors les ministères de la Transition écologique et de l’Economie ont annoncé son interdiction à compter du 1erjanvier 2020.

Avons-nous réellement besoin d’avoir une liste de plus de 300 additifs autorisés ? Est-il nécessaire de modifier la couleur, le goût ou l’aspect des aliments ? Ne sont-ils pas dotés des meilleures qualités naturellement ?

Vous l’aurez compris, Du flair dans l’assiette vous préconise de remplir votre assiette d’aliments bruts autant que possible.

Bon appétit !

Eve Desnoyers 

Sources :

https://www.economie.gouv.fr/dgccrf/Publications/Fiches-pratiques/additifs-alimentaires-conditions-et-modalites-utilisation

https://www.quechoisir.org/comparatif-additifs-alimentaires-n56877/e171-dioxyde-de-titane-p223217/#tab-description

Halte aux aliments ultra transformés !  Mangeons vrai, Dr Anthony Fardet éditions Thierry Souccar, 2017

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.