Ail des ours : bienfaits et recette

Lors de ballade en forêts, nous pouvons trouver quantité de trésors de la nature pour garnir nos assiettes : asperges, champignons ou encore .. ail des ours ! Les sous bois regorgent de cette plante, encore faut-il la repérer. Ce sont de petites feuilles, avec parfois une fleur blanche au milieu, souvent cachées par d’autres plantes plus imposantes. Elle ressemble un peu au muguet, mais est loin d’avoir son odeur. Pour être certain, il vous suffit de la frotter un peu et si vous sentez une odeur aillée assez caractéristique, vous l’avez trouvée ! Par ailleurs, ce n’est souvent pas une plante qu’on trouve mais d’immenses « tâches » comme on dit dans le jardon des cueilleurs, de quoi faire le plein pour chez soi.
Voici une partie de ma récolte de la veille, cueillie dans les forêts ardennaises 🙂

IMG_20190508_201741

*Quelques mots sur les bienfaits de l’ail des ours

L’ail des ours, ou ail sauvage, est utilisé depuis l’Antiquité pour ses nombreuses vertus médicinales. Déjà connu des celtes et des germains, il présente les mêmes atouts nutritionnels que l’ail commun, mais à des concentrations supérieurs car il n’a jamais été domestiqué; ainsi que beaucoup d’autres atouts supplémentaires. Il faudrait en vérité plusieurs paragraphes pour détailler la kyrielle de bienfaits que présente l’ail des ours, mais concentrons-nous sur l’essentiel.
Les substances actives sont surtout présentes dans les feuilles, et non dans le bulbe.

  • Très riche en vitamines A, C (antioxydantes) et vitamines du groupe B
  • Riche en minéraux, l’ail des ours serait un excellent chélateur de métaux lourds en partie grâce à sa teneur en sélénium
  • Comme l’ail cultivé, l’ail des ours contient de l’allicine, composé sulfuré qui lui donne cette odeur si caractéristique et d’ailleurs responsable de la plupart de ses bienfaits.
  • L’ail des ours contient de l’adénosine qui, en plus d’être un agent antimicrobien extrêmement puissant, agirait en synergie avec l’allicine pour diminuer l’agrégation plaquettaire et la pression sanguine.
    Selon la médecine traditionnelle chinoise, l’ail des ours est un hypotenseur reconnu en plus d’être un puissant antioxydant.

Alors comment le cuisiner ? Il existe bien des manières : comme l’épinard, tout est comestible. Il peut autant enrober des viandes, garnir nos salades, tartines ou encore relever un plat de pâtes. Ou en faire un pesto si vous en avez beaucoup !

Pesto à l’ail des ours

Il faut vous munir d’un robot et y ajouter :

  • 40 g d’ail des ours (préalablement désinfecté dans une eau vinaigrée puis rincé)
  • 1 cuillère à soupe de poudre d’amandes, ou autres oléagineux que vous préférez.
  • 2 cuillères à soupe de parmesan
  • Fleur de sel / Poivre noir
  • Huile d’olive, versez une cuillère à café et continuez comme cela jusqu’à obtention de la consistance souhaitée.

Et vous avez votre pesto à l’ail des ours maison ! Vous profitez des bienfaits de cette plante ancestrale ainsi que d’oméga 9 et oméga 3 par l’ajout d’huiles végétales et de la poudre d’amandes.

N’oubliez pas se faire plaisir et penser à sa santé c’est possible, et c’est même mieux. Régalez-vous !

Constance Henriot

 

 

 

 

Le saviez-vous ?

Pourquoi l’appelle-t-on « ail des ours » ? La légende raconte que ce serait la première plante que cherchait à manger ces mammifères après leur hibernation pour se purger.

 

 

 

 

Une réflexion sur “Ail des ours : bienfaits et recette

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.